La brève du mardi soir le plus dingue de ma vie

Avant de faire le clap de fin, il faut déjà faire celui qui lance le tournage de ces deux jours si particuliers et si intenses que nous avons eu à vivre.

Entre la demi-finale et la finale, il y avait un long week-end férié, et tout le monde ayant besoin de se reposer, nous devions rentrer chez nous. Avec Gabriella, nous n’avions pas du tout envie de rentrer. Nous avions même envisagé de louer une chambre à l’hôtel, pour rester. Nous voulions juste travailler, travailler, réviser, réviser. Rentrer chez soi, c’est se confronter à la vie habituelle, on risque de perdre cette énergie et cette concentration.

Dans le train qui me ramène à Lille, j’ai du mal à croire à ce que je vis. Je retourne à Lille pour un week-end, peu de gens savent que je rentre (parce peu savaient que j’étais parti !) et au début, je pense m’enfermer tout le week-end dans ma maison. Pffff, en fait un pied posé sur le quai de la gare de Lille et une joie farouche me donne envie de crier mon bonheur et voir tous les copains !

Je suis en FINALE ! Je suis en FINALE ! Je ne cesserais de me répéter cette phrase magique tout au long du week-end. J’essaie de me reposer, mais je suis une pile. Je ne fait quand même pas l’affront au destin de faire de la pâtisserie, j’ai trop peur de rater et que ça me porte la poisse.

On revient au château pour tourner la master class de Frédéric Bau, puis on a quelques jours de détente avant le grand saut. Le soir, on part faire un bowling avec une partie de l’équipe de tournage, on passe des heures à jouer au Moolky, on fait des piques-niques, il fait beau et on est plutôt détendu.

On sens quand même une effervescence autour de nous. Il faut organiser la venue des anciens candidats, de nos familles, loger tout ce monde à l’hôtel, et nous, la tête dans nos cahiers, on peaufine nos recettes, nos plans d’actions et la manière de procédé. Avec Gaby, on fait des essais de fringues, il faut qu’on soit à l’aise, des vêtements les moins chauds possibles, des chaussures tout terrain. Heureusement, avant la demi finale, on s’était fait une virée shopping. C’était d’ailleurs assez hallucinant de rentrer dans un centre commercial après tant de temps passé au château. C’était la première fois que je sortais du cadre du tournage depuis plus d’un mois. Et d’un coup, je met les pieds dans un immense centre, avec des tas de gens, des tas de fringues…On était comme des gosses !

Donc, on se prépare, à tous les niveaux.

Vers le milieu du tournage, j’avais pris l’habitude de noter, comme une liste, tout ce que je devais faire pendant les épreuves, noter en face le temps que j’avais pour réaliser chaque tâche, puis organiser cela au mieux pour rentabiliser le temps.

Donc, sur une épreuves de 4 heures pour la créative de la finale, autant vous dire, c’est un drôle de travail !

Pour une fois, pour la revisite, je me met très peu de travail. Je me dis, fais simple, efficace, peu de préparation. Pas question de se louper maintenant.

Je me lance alors dans un biscuit moelleux, une mousse sultane à l’anis, et des framboises garnies de gelée à l’anis.

Ce peu de travail aura un drôle d’effet sur moi. Tout l’inverse du résultat attendu. Au lieu de prendre mon temps, je bâcle le dressage, j’oublie de tapisser mon moule, bref, invraisemblable quand on y pense. Je me retrouve désoeuvrée, j’ai trop de temps, et à la fois ça ne me plait pas.

Je me suis obstinée à faire un effet velours blanc, et cela fait ressortir tous les défauts !

À la dégustation, j’ai une impression de déjà entendu : trop de crème par rapport au biscuit. Mais la mousse est juste délicieuse et il y a du fruit ! Heureusement, j’ai chabloné mon biscuit de chocolat blanc, dans un élan de lucidité, ce qui apporte de la matière.

Je termine néanmoins dans le top, ça commence plutôt bien !

L’épreuve de Mercotte

Sans doute l’épreuve la plus dingue de l’émission. Déjà avec l’artichaut, nous avions été bien servi. Quand on retourne la feuille, et qu’on découvre ce papillon, on se marre. Pas longtemps, il n’y a qu’un dessin.

Je comprends vite qu’une partie du dessin représente une vue de « coupe » pour que l’on sache comment monter le gâteau, et une autre partie nous montre à quoi il doit ressembler de dehors.

Je comprends aussi qu’au montage, ça doit être un peu comme un fraisier: les fraises plaquées contre un moule, et c’est la mousse qui vient solidariser le tout.

Mais nous n’avons pas de moule en forme de papillon.

Comme souvent, je gère les priorités: je fabrique mon gabarit, je lance les dacquoises, je prépare les fraises, et la mousse. J’ai quand même une grosse question: sur notre plan de travail, on a une grande quantité de gélatine. Dois-je la diviser en deux et en mettre une partie dans la mousse ? Ou tout garder pour la gelée ? Bon, je garde tout pour la gelée et on croise les doigts pour que la mousse tienne toute seule.

Quand tout cela est fait, j’ai toujours cette question: comment on monte ce papillon alors qu’on n’a pas de moule ? Je me pose cette question en regardant mon journaliste, genre « je t’en suppliiiiiiie, donne-moi un indice !! ». Je lui dis « je dois fabriquer un moule ? ». Il ne me répond pas, évidement. Je crois lire dans son regard « mais ouiiiiiiii, vas-y fais un moule !! ». Bon, en réalité, j’essaye juste de trouver dans ses yeux la validation qui me confirme que je dois faire un moule. J’ai totalement rêvé cette validation pour en avoir discuté après avec lui !

Comme je ne vois toujours pas d’alternative, je….fabrique un moule.

Je cours chercher du carton doré qui sert de support aux gâteaux, du scotch, et un ruban de RodoÏd, et je fabrique mon moule. Pas si compliqué, mais un peu long. Bim, bam, Boum, j’ai un moule, je peux commencer le montage !

Allez hop, c’est parti. Le montage se passe bien, j’envoie un peu au froid pour que la mousse fige un peu, et je passe à la gelée.

Haha, au moment où je la verse dans le moule, évidement, ça coule de partout, j’aurai du mettre plus de scotch ! Après deux tentatives, j’arrive à couler une belle gelée, j’envoie une belle flopée de paillette, et je peux poser le décor en chocolat. J’ai vraiment essayé de faire exactement comme sur le dessin. Nous ne sommes plus que trois, autant vous dire que ça va se jouer à un demi-cheveux pour départager les papillons, alors il faut la jouer dans la finesse.

Fin de l’épreuve, je me dis, ok, ça va le faire.

Cette finale est un de mes meilleurs souvenir sous la tente, car avec mes deux compères, nous étions très sereins. On savait que c’était la dernière fois qu’on allait pâtisser sous la tente, on en profitait au maximum. C’était très calme, très heureux.

À la dégustation du papillon, je termine première, un poil devant Gabriella. Cela s’est joué à un détail de rien du tout, sur les ouvertures dans le chocolat blanc….C’est vous dire !

Mais en mon fort intérieur, je commence à me dire que je suis proche de gagner. Top sur deux épreuves, c’est la seule configuration que je n’avais jamais, jamais osé rêvé. J’avais imaginé flop  sur la première épreuve, 3 ième sur l’épreuve de Mercotte…Tout, sauf finir première sur les deux premières épreuves. C’est dingue.

Il ne me reste plus qu’a envoyer la sauce le lendemain !

Rien que de me souvenir de cette soirée, j’en ai des frissons. En partant de la tente ce soir là, il règne une effervescence qui nous fait dire qu’on y est bien, en finale. Il y a des fleurs partout. Mais partout ! Sous la tente, la terrasse en déborde….

L’équipe de cuisine est à fond pour fabriquer tout un tas de gourmandises, miam ! Bref, tout le monde est sur le pont, et nous, on part se coucher, car on est fatigué, encore !

Le lendemain matin, on arrive de très bonheur au château, je me souviens de la rosé sur l’herbe, il fait un peu frais, mais ça sent bon les matins d’été. Les guirlandes sont accrochées. On est à la fois un peu fou fou et à la fois un peu anxieux.

Une épreuve de 4 heures, il faut les tenir physiquement.

On se concentre, et c’est parti pour la routine: microtage, entrée sous la tente, faux départ…Mais tout à un goût different. Je me sens rayonnante, joyeuse, prête à manger l’épreuve, mais  je me sens aussi très fébrile au niveau de mes émotions. Ça, ce n’est pas très bon signe. Ça veut dire que je vais vite être submergée par mes émotions, et qu’il va me falloir les contrôler pendant 4 heures pour rester uniquement concentrée sur ce que j’ai à faire.

La tente est juste sublime. Il y a des cascades de fleurs partout, on décide de s’en mettre dans les cheveux avec Gaby !

On essaie aussi d’en faire tenir dans la boutonnière de notre Jon, mais ça ne tiens pas. Zut !

Le début de l’épreuve commence, c’est parti. C’est sans compter par l’arrivée de Philippe Conticini, ce pâtissier merveilleux et plus encore. Je suis vraiment vraiment émue de le voir, je n’ose pour le moment pas imaginer qu’il va venir à mon plan de travail pour me parler. Je contiens mes larmes de joie, contrôle-toi, contrôle-toi Rachel sinon ça ne va pas le faire !

J’essaie de m’organiser comme je l’avais prévue, que mes deux entremets s’en aille au frais le plus vite possible pour que je puisse me concentrer sur le travail de la décoration, qui est monumental. Pour ce jardin extraordinaire, j’ai joué le jeu à fond. Fleurs en meringue, papillon, abeilles, feuilles, il y a plus de trois cents fleurs à faire. Et surtout à cuire, et à poser une par une sur les tiges. Un boulot de malade. Mais si je veux l’effet jardin et fleurs qui bougent au vent, il faut tout ça.

Les candidats de cette saison viennent nous encourager, et c’est la première fois de ma vie que je reçois une vague d’amour. Les voir sous la tente, sauter et crier « allez !!! Allez !!! », quelle émotion !

Le chef Conticini vient me voir au moment où je fini mon crémeux. Je l’ai déjà gouté, et malgré que j’ai fait infuser le thé à peine deux minutes, c’est hyper amer. Je ne peux pas me louper sur cet élément, je recommence, sur les conseils du chef.

Je suis comme une enfant en face de ce chef. Il est d’une attitude tellement calme, sereine et rassurante. Il est resté longtemps sous la tente avec nous. C’était merveilleux.

Je continue mes entremets, je les envoie au frais, et en retournant à mon plan de travail, je croise le chef, qui me demande hors caméra : « Rachel, tout va bien ? ». Je suis touchée en plein coeur de son regard si gentil, de son attention hors caméra. Je lui dis « oui, non, je ne sais pas, je suis en train de me faire dépasser par l’émotion je crois. ». Il me répondra la plus belle phrase que j’ai jamais entendu sous cette tente « Rachel, vous êtes magnifique, continuez comme ça, c’est super ce que vous faites. »

C’est la goutte qui fait déborder mon coeur, je sens que je vais pleurer. Mais pas le choix, je retourne à mon plan de travail. Mon journaliste panique un peu en me voyant et me dis « Rachel, qu’est ce qu’il se passe ? Tu pars au frigo avec le sourire et tu reviens les larmes au yeux ?! ».

Alex, si tu passes par là, je te remercierai jamais assez d’avoir compris, entendu et respecté ce que je t’ai dis :« Alex, excuse-moi, mais là je sens que je vais lâcher, je suis trop émue. Le chef, la finale, tout ça…Laisse moi juste 5 minutes bosser toute seule pour que je me remette dedans à fond, et ça va aller ». Et c’est ce qu’il a fait. Merci.

J’ai pu ainsi me remobiliser, évacuer toute cette émotion pour la transformer de nouveau en volonté et en concentration. Je pense que, vous qui me lisez, vous avez sans doute une fois vécu ce trop plein d’émotions qu’il faut canaliser absolument. Aujourd’hui encore, quand je parle de ce moment, j’en suis émue à la chair de poule et aux larmes.

Je continue d’avancer sur ma lancée, je me sens concentrée, ça avance bien, je suis sereine dans ma capacité à finir dans les temps.

Cette finale, c’est incroyable. On commence à entendre un brouhaha venir de l’extérieur. On lève la tête, et on voit le jardin du château bondé de monde qui rit, les enfants qui sautent…Et nous à l’intérieur, préservés de toute cette agitation. On sait que parmi cette foule, il y a nos amis, notre famille.

Je bosse, je bosse, et puis un moment Alex me dit

-Rachel, tu veux bien regarder sur ta droite ?

La première fois, je ne lui réponds quasi pas.

Un truc du genre

-Pas le temps Alex.

Il me répète,

-Rachel, tu veux bien regarder sur ta droite ?

-mais enfin, attends 5 minutes, tu vois bien que je suis hyper occupée !

-Rachel, je te conseille de regarder sur ta droite 

-grouuuummff, screu…..HO LA LA

Je jète un regard furtif vers la droite, et je me fige.

Ils sont là. Mes amours, mon amoureux, mes deux soeurs. Mes prunelles de mes yeux. Je leur saute dans les bras, c’est juste magique de les voir sous la tente. Il sont rayonnants, un peu stressés je crois (ils n’ont pas l’habitude des caméras, eux, hihihi), ils m’encouragent. Cela doit durer 5 -10 minutes maximum, mais sur mon échelle de bonheur, je suis en haut.

Je n’ai plus qu’une envie, les rejoindre au plus vite.

Le sentiment durant cette épreuve est très serein, je ne pense pas spécialement à gagner. Je pense surtout à PRO-FI-TER. C’est la dernière, c’est la plus douce, le stress est parti. Je déguste tout, les bruits, les copains, les embrassades à la fin de l’épreuve.

Car les 4 heures ont filé, on finit comme après un marathon.

Physiquement, c’est long 4 heures de pâtisserie. On doit partir en interview, aller manger.

Ensuite, les heures les plus longues….Attendre la dégustation. Avec Gaby, on n’en peux plus de fatigue, on s’allonge carrément par terre sous la tente pour faire une micro-sieste. On entends toute la foule dehors, on a juste envie de retrouver nos proches, mais on ne peux pas pour le moment.

La dégustation commence par la guitare de Jonathan, et c’est sublime. Tout est dans la finesse, tout est impeccable. Je n’ai pas pu gouter ses choux, mais le jury les a beaucoup appréciés !

Viens mon tour. Je commence à douter sérieusement. Puis tombent les plus beaux compliments que j’ai jamais eu à entendre sous la tente. C’est bon, délicieux même !

Incroyable bonheur. Joie intense.

Gabriella termine la dégustation, son gâteau est juste dingue de boulot aussi. Bravo, bravo ma Gaby !

On peut enfin retrouver nos familles et amis, et c’est encore un pur moment de bonheur. Il n’y a plus qu’a attendre la délibération, qui va durer longtemps. Puis après il faudra aussi attendre que tous les caméraman se placent, que toute la technique soit réglée au cordeau. C’est donc deux bonnes heures que l’on attendra. On nous fait re-rentrer dans la tente, puis sortir, pour se rendre sur le lieu de la remise du prix. Les candidats, nos super copains de cette année, nous font une haie d’honneur, et j’en frissonne encore d’émotions. C’était beau ! Merci !

Nous sommes tous les trois alignés, on entends des chuchotis du public, l’émotion est grande. Julia fait commence à parler, puis prends une longue inspiration avant d’énoncer le gagnant ce cette année.

Et le meilleur pâtissier est…

RACHEL !

Quand j’entends mon prénom, c’est une immense joie qui m’envahie. Je me trouve vers le public pour y chercher du regard ma famille et mes amies, je les vois, ils croulent sous le bonheur !

Je prends et je serre très fort Gabriella et Jonathan dans mes bras, ils ont fait un boulot de dingue eux aussi.

Je souhaite leur tirer mon chapeau aujourd’hui et ici, pour leur dire combien je suis admirative de leur parcours. Jonathan a été régulier, raffiné, au top tout du long du concours. je sais que ça s’est joué à un cheveux avec lui. Donc respect.

Et ma Gaby, que dire ? Tu as fait un magnifique parcours, d’apprentissage et de volonté. Je suis si fière de toi ! Mon double maléfique, je vous le dit, est un condensé de bonne humeur, de drôlerie et d’amour.

La suite, vous la connaissez, j’ai travaillé comme une dingue sur mon livre. Vous pouvez le retrouver dès demain dans toutes les Fnac et autres librairies. J’ai bossé comme une dingue pour y mettre mon univers, mon style et ma personnalité. Je me suis creusée la tête pour créer des recettes graphiques, parfois faciles, parfois un peu plus complexes. J’y ai mis les bases, et j’ai parfois un peu poussé plus loin, pour que tout le monde y trouve son compte.

J’ai fait pour ce livre plus de 100 céramiques, pour illustrer chaque (ou presque !) recettes, classées par saison. Il y a bien sur des recettes de l’émission, que j’ai retravaillé pour qu’elles soient meilleures. Vous y retrouverez le capuccino, la tarte aux fraises, la tarte tatin, le gâteau licorne…

J’attends de le tenir dans mes mains, pour réaliser que tout ce travail prends vie, enfin, aujourd’hui ! J’espère, ho oui, j’espère qu’il vous plaira !

Je vous embrasse bien fort, et je vous remercie, vous qui êtes si nombreux à attendre cette brève ! Mille mercis de vos petits mots si gentils, de votre soutien tout au long de l’émission !

MERCI ! MERCI !

15 Comments

  1. Encore félicitations.
    C’est vraiment mérité, le livre est déjà commandé 😉

  2. Bravo bravo bravo ! Cette victoire est bien méritée tu es magnifique et ton travail extraordinaire. Félicitations 🌸

  3. Bonjour Rachel,
    Félicitations!!!! C’est la 1ere fois que je suivais l’émission et je n’ai pas été déçue ! Hier soir, j’étais, à la fois, ravie pour ta victoire et triste que ce soit la dernière!
    En lisant ton article, on se rend compte de la difficulté de participer à ce programme. Car nous, posés tranquillement dans notre canapé devant notre écran, on n’imagine pas une seconde de tout ce que ça engendre, même si on s’en doute…
    J’ai toujours adoré la pâtisserie, mais le fait de te voir, m’a remotivé et m’a donné l’envie d’essayer de nouvelles choses, d’innover…pour le plus grand bonheur de mes invités ce week end! Grâce à l’émission, j’ai appris beaucoup de choses.
    Aujourd’hui, je fonce acheter ton livre!;) et très vite je participerai à un de tes cours à Lille.
    Encore bravo pour ton parcours!
    Je te souhaite le meilleur et plein de bonheur dans ta nouvelle vie de “pâtissière”.

  4. Nous avons suivis et vécu ton aventure avec un David ému et fraternel…
    Un soutien tendre, affectueux et sans faille !
    Nous avons passé avec vous deux des moment festifs, émouvant et joyeux. Merci et peut-être à bientôt de te rencontrer.

    Mimi, Mapy & Fanou.

  5. Bravo Rachel ! Je t’ai suivi toute la saison en t’encourageant toutes les semaines, ta victoire m’a donc comblée ! Ta complicité avec Gabriella était belle à voir, vous avez toutes deux de belles heures devant vous.
    Encore félicitations, pour la finale, pour ta victoire, ton livre et tout le succès qui t’attend. <3

  6. Un grand BRAVO Rachel ! J’ai suivi toutes les émissions et ça ne pouvait être que vous, la grande gagnante ! Toutes vos réalisations étaient tout simplement magnifiques. Bonne continuation.
    Félicitations d’une Gardoise 😉

  7. Toutes mes félicitations pour cette victoire amplement méritée. J’ai suivi ton parcours de a à z, autant dans l’émission que sur ton blog. Double vague d’émotion… et d’envie! Je tente moi-même le casting cette année, et je dois avouer que tu es plus qu’inspirante

  8. bonjour LA MEILLEURE PATISSIERE 2017,
    bonjour RACHEL,

    je tiens à vous féliciter pour votre tres belle réussite et votre prestation magifique qui m ‘a tenue en haleine pendant plusieurs semaines et m ‘a fait passer de tres belles soirées.
    J’ai apprécié votre aisance, votre sourire, votre gentillesse envers vos co-équipiers, votre complicité naturelle avec Gaby , vos qualités “patissières”, …mais surtout artistiques avec votre coté styliste qui a fait la différence et permis de gagner……j’en suis sûre….
    et à ce titre j ‘aimerai vous faire …… 1 “cht’i clin d’oeil…..de chez vous ….du NORD….. pour féliciter RACHEL…..la Lilloise… l’ ex-collègue de ma fille Blandine que je remercie de m’avoir donné l’adresse de votre site….
    mille fois encore BRAVO RACHEL
    je vous souhaite 1 tres bel avenir “patissier” et de tres belles fêtes de fin d’année, et du coup …. je vous embrasse !

  9. Ma Rachel, c’est un bonheur de te lire, et je suis tellement heureuse pour toi. Tu l’as mérité ce titre, tu as bossé dur, et ce n’était que la suite logique de toute la joie, la détermination et la bienveillance que tu as mis dans cette aventure.
    J’ai hâte de découvrir ton livre, et j’ai hâte que tu me le dédicasses hahaha 🙂
    Je suis fière de toi, et tu peux l’être de toi même, à 1000% !!
    <3

  10. Faes Jennifer

    Merci Rachel, merci pour tout !!! Je suis devenue une grande fan de toi, ta personnalité, ta douceur, tes recettes, ta compétitivité … tout
    Je me reconnais tellement en toi … j’ai lu ton récit comme un livre de chevet, j’ai eu l’impression de partager ce moment et d’être dans la tente avec toi, tant c’était intense en émotion :’)
    Je vais vite aller m’offrir ton livre !!!! et bien sur continuer de te suivre sur Instagram, et sur ton blog
    Plein de bonheur, je t’embrasse. Jen Fa

  11. Quel beau témoignage !! quelle émotion !
    Bravo Rachel, ton parcours dans l’émission était magnifique, tu méritais de gagner. J’espère que ton livre connaitra un beau succès et que tu continueras à pâtisser encore longtemps pour régaler tes proches.
    Que ton amitié avec ton double Maléfique Grabriela perdure des années. Gros bisous

  12. Coucou Rachel, nous étions survoltées mardi soir devant notre écran!!Mais après la 2ème épreuve nous étions sûres que tu serais la grande gagnante 2017. Jonathan et Gabriella étaient de sérieux adversaires alors la victoire est d’autant plus superbe.
    Samedi ton bouquin me sera amené par David et nous allons sûrement discuter de tout cela (sa chérie Chloé veut faire un blog!!).
    Nous t’embrassons très fort et espérons que tu t’éclates maintenant dans tes activités.

  13. J’ai pris le temps de lire “La brève du mercredi #1” et cet article. Tu écris très bien et c’est tellement rare que je lise tout un article et encore plus 2 d’affilés. J’ai hâte de lire les prochains 🙂 Bref je t’écris pour te féliciter de tout ce parcours et qu’à travers ton blog je découvre une belle personnalité. Merci pour ce partage c’est vraiment intéressant de voir ton point de vue et ton ressenti. Bravo à toi et belle continuation ! Je vais suivre de près tes créations et ta petite vie, via ton blog et instagram 🙂

  14. Bravo Rachel… pour vos créations que j’ai toutes aimées, même sans les avoir approchées, ni senties, ni dégustées…
    et Merci pour votre enthousiasme, votre sourire, votre détermination toute en finesse et en simplicité!
    J’ai pris plaisir à regarder toutes les émissions, et dès le début, j’ai espéré que vous soyez sur le podium !!!
    Alors, encore un grand BRAVO!
    Bonne fêtes de fin d’année

  15. Bravo bravo bravo, vous avez mérité cette victoire. Je vous ai adoré et soutenu mentalement tout au long de l’émission même si j’ai aussi beaucoup aimé Gabriella et Jonathan. Vous étiez mes chouchous et je suis admirative de votre travail moi qui pâtisse à un tout petit niveau et qui ai tant à apprendre encore. Je vais aller très vite acheter votre livre. Bonne chance pour la suite .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *